Accueil > Une question à  
 
Une question à
Publié le : 03 Octobre 2012 à 22:51:35
Prof. Tchétché N’GUESSAN Enseignant-Chercheur (Université de Cocody)
Prof. Tchétché N’GUESSAN,
Enseignant-Chercheur (Université de Cocody):

« Quelles leçons peuvent tirer les africains de la zone franc ? »

«La question monétaire est quelque fois une question de souveraineté, d’indépendance et de dignité nationale… »

L’on constate que ce qu’avaient dit les économistes à propos de la zone monétaire optimale se vérifie aujourd’hui. Les pays européens ne réunissent pas les conditions pour former une zone monétaire optimale. C’est ce qui ressort de cette crise de la zone Euro.


Quels enseignements pour nous africains, membres de la zone Euro - parce que la zone franc est un abus de langage, elle n’existe plus ! Est-ce que la Côte d’Ivoire, le Gabon sont qualifiés pour être dans la même zone monétaire que l’Allemagne ? La question essentielle est la suivante : une monnaie africaine pour quoi faire ? Il faut savoir de quel type de monnaie il s’agit (régionale ou nationale). Il faut éviter la confusion. Au niveau national, on a besoin d’une monnaie pour se développer, pour faire les choses par nous-mêmes. Même si nous devons avoir des problèmes avec une monnaie qu’on créée, on la créera quand même jusqu’à ce qu’on sache comment on gère une monnaie. Les pays de l’UEMOA n’avaient peut-être rien à échanger au moment où le CFA a été créée dans les années 60. Aujourd’hui, on y est attaché. Il n’ya pas de position tranchée, la question doit être traitée au cas par cas.

 

Je rejoins néanmoins le Prof. ONDO OSSA pour dire que la question monétaire est quelque fois une question de souveraineté, d’indépendance et de dignité nationale même si cette souveraineté est aujourd’hui compromise et qu’on s’achemine vers la souveraineté collective. On ne devrait pas complètement rejeter l’idée de tenter de créer une monnaie africaine ou ouest-africaine. L’essentiel, c’est la séquentialisation : aller par étape, se donner les moyens d’y aller progressivement. A la fin de tout ce processus, il ya le problème de la souveraineté nationale, régionale ou politique.

 

Propos recueillis par Mayane YAPO, Chargée de la Communication de la CAPEC
 
     
  COMPTES-RENDUS DE SEMINAIRE  
 
PLANIFICATION, PROGRAMMATION, BUDGETISATION ET SUIVI-EVALUATION

La mise en œuvre et le suivi du Plan National de Développement (PND) exigent un renforcement du capital humain des différents Ministères Techniques. Le Ministère des Eaux et Forêts (MINEF), l’a si bien compris, qu’il vient d’initier un...Lire

FORMATION / MINISTÈRE D’ÉTAT, MINISTÈRE DU PLAN ET DU DÉVELOPPEMENT

Ce sont en définitive, plus d’une centaine de cadres et gestionnaires de la chaîne PPBSE (Planification, Prospective, Budgétisation, Suivi et Evaluation) du...Lire

EVALUATION DES INDICATEURS DE CAPACITES EN AFRIQUE

Quoique le niveau demeure encore faible, la Côte d’Ivoire a enregistré un accroissement du niveau de renforcement des capacités en 2013. Soit une valeur globale de 33,3/100 contre 24,6/100 en 2012. Elle est...Lire

MOBILISATION DE RESSOURCES DANS LES COLLECTIVITES RÉGIONALES

Ils sont venus de toutes les contrées de la Côte d’Ivoire, du nord au sud en passant par l’est et l’ouest, se familiariser aux stratégies de mobilisation de ressources financières. Ce, afin de palier les difficultés qu’ils rencontrent...Lire

 
     
ZONE INFOS
ACTU-ECO
INTERVIEW
Dr YEO NAHOUA,
Enseignant-chercheur:
«C’est aux promoteurs de faire en sorte que cette monnaie soit autant fiable que les billets de banque»
RECHERCHES
EVENEMENTS
AUTRES PUBLICATIONS
PARTENAIRES
Ministère d'Etat, Ministère de l'Economie & des Finances de Côte d'Ivoire Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES) Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody