Accueil > Interviews  
 
Interviews
Publié le : 28 Juillet 2015 à 20:16:51
Dr YEO Nahoua chercheur
Dr YEO Nahoua,
chercheur:

« La Côte d’Ivoire a longtemps développé un modèle de croissance extensif.. »

La Cellule d’Analyse de Politiques Economiques du Cires (CAPEC), organise le mardi 28 juillet 2015, un séminaire de dissémination des résultats de ses travaux de recherche. Le Thème principal retenu porte sur «Quelles stratégies pour une transformation structurelle de l’économie ivoirienne?» Dr YEO Nahoua, chercheur, lève dans cet entretien réalisé par YA David, Journaliste à Frat Mat, un coin du voile sur le sujet.

 

Selon bon nombre de chercheurs, l’atteinte de l’émergence en 2020 nécessite de fixer des objectifs ambitieux et de construire des bases solides qui pourront soutenir des améliorations durables en termes de bien-être et de croissance économique. Quels sont précisément ces ‘’objectifs ambitieux’’ ?

 

Effectivement, partant de l’expérience des pays émergents, il est largement reconnu que l’atteinte de l’émergence nécessite une planification rigoureuse de la politique de développement axée sur des objectifs clairs, mesurables et parfois ambitieux. Les objectifs présentant de réels défis pour l’émergence de la Côte d’ivoire sont :

 

  • Assurer une croissance forte et inclusive par le biais de la transformation structurelle de l’économie ;
  • Améliorer la gouvernance politique et économique pour créer un environnement favorable à l’investissement et pour une meilleure efficacité des politiques économiques et sociales ;
  • Renforcer durablement le capital humain des populations et réduire le taux de pauvreté.
  •  

     

    L’expérience des pays émergents renseigne que ces pays ont visé la transformation structurelle de leurs économies, avec pour moteur essentiel l’innovation (technologique, organisationnelle, etc.). Que faut-il entendre par transformation structurelle ?

     

    La transformation structurelle désigne le processus de réallocation des ressources des secteurs les moins productifs vers des secteurs plus productifs et ayant d’importants effets d’entrainement sur le reste de l’économie. La réorientation continue des ressources vers des activités plus productives améliore les productivités sectorielles et globale (forte croissance et diversification de l’économie), crée des opportunités d’emplois (croissance inclusive) et modifie les structures économiques et sociales de façon compétitive (changement structurel). Pour rester productif et jouer un rôle stratégique dans la politique de développement, un secteur d’activité a besoin d’innover constamment. C’est ce qui rend l’innovation indispensable à la transformation structurelle et la transformation structurelle indispensable à la croissance rapide et inclusive.

     

     

    Quelles sont les stratégies à promouvoir pour impulser des transformations structurelles capables de soutenir durablement la croissance économique et l’inclusion sociale ?

     

    L’expérience des pays émergents montrent que les déterminants majeurs des transformations structurelles sont la bonne gouvernance politique et macroéconomique, le leadership des dirigeants, la promotion et la diversification des exportations, le développement du capital humain conformément aux nouvelles compétences recherchées, l’innovation et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Toutefois, impulser l’innovation au-delà d’un certain seuil et le maintenir dans les secteurs stratégiques constitue le facteur clé qui déclenche et alimente le processus de transformation structurelle dans une économie.

     

     

    Quels rôles doivent y jouer les secteurs public et privé ? Comment le secteur public peut-il mobiliser davantage de ressources domestiques et orienter celles-ci pour une plus grande efficacité des actions gouvernementales ?

     

    La transformation structurelle approfondie est un processus à moyen et long terme qui nécessite un ensemble de reformes structurelles tant au niveau du secteur public que du secteur privé. Généralement, ces réformes sont mutuellement bénéfiques pour tous les secteurs et la mise en œuvre efficace de ces reformes nécessite un cadre de partenariat solide Etat-Secteur Privé-Société civile. Le manque d’infrastructures structurantes, la faiblesse des capacités administratives, le caractère dualiste des économies africaines, l’importance relative du secteur informel, ... sont autant de facteurs qui appellent à une gouvernance proactive et participative pour optimiser l’adhésion des agents économiques aux réformes  et améliorer l’efficacité de la politique de développement. Ainsi en associant le secteur privé et la société civile à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques, l’Etat peut mobiliser plus et mieux les ressources domestiques et les affecter plus aisément dans les secteurs jugés prioritaires en termes de développement humain.

     

     

    Peut- on savoir, à  partir des résultats des recherches réalisées par la Cellule d’Analyse de Politiques du Cires (CAPEC), les stratégies qui se dégagent en vue d’amplifier les transformations structurelles de l’économie ivoirienne en voie d’émergence ?

     

    Sans toutefois entrer dans les détails, les analyses montrent que la Côte d’Ivoire a longtemps développé un modèle de croissance extensif fondé sur l’utilisation abusive des facteurs de production (la main d’œuvre, la terre, les forêts, …). Ce type de croissance n’est pas porteur de transformation structurelle. Pour inverser la tendance, il faut impulser l’innovation dans le secteur industriel, en particulier l’agroindustriel et les industries légères. En bref, la redynamisation du secteur industriel est plus que jamais nécessaire pour renforcer la transformation structurelle de l’économie ivoirienne.

    Dr YEO Nahoua, chercheur
     Autres interviews à voir...
     
         
      COMPTES-RENDUS DE SEMINAIRE  
     
    PLANIFICATION, PROGRAMMATION, BUDGETISATION ET SUIVI-EVALUATION

    La mise en œuvre et le suivi du Plan National de Développement (PND) exigent un renforcement du capital humain des différents Ministères Techniques. Le Ministère des Eaux et Forêts (MINEF), l’a si bien compris, qu’il vient d’initier un...Lire

    FORMATION / MINISTÈRE D’ÉTAT, MINISTÈRE DU PLAN ET DU DÉVELOPPEMENT

    Ce sont en définitive, plus d’une centaine de cadres et gestionnaires de la chaîne PPBSE (Planification, Prospective, Budgétisation, Suivi et Evaluation) du...Lire

    EVALUATION DES INDICATEURS DE CAPACITES EN AFRIQUE

    Quoique le niveau demeure encore faible, la Côte d’Ivoire a enregistré un accroissement du niveau de renforcement des capacités en 2013. Soit une valeur globale de 33,3/100 contre 24,6/100 en 2012. Elle est...Lire

    MOBILISATION DE RESSOURCES DANS LES COLLECTIVITES RÉGIONALES

    Ils sont venus de toutes les contrées de la Côte d’Ivoire, du nord au sud en passant par l’est et l’ouest, se familiariser aux stratégies de mobilisation de ressources financières. Ce, afin de palier les difficultés qu’ils rencontrent...Lire

     
         
    ZONE INFOS
    ACTU-ECO
    INTERVIEW
    Prof. KAMGNIA Bernadette,
    Chercheur à la CAPEC et Coordonnateur de l’étude:
    «L’éradication de la faim et de la malnutrition peut être une réalité en Côte d’Ivoire si et seulement si…»
    RECHERCHES
    EVENEMENTS
    AUTRES PUBLICATIONS
    PARTENAIRES
    Ministère d'Etat, Ministère de l'Economie & des Finances de Côte d'Ivoire Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES) Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody