Accueil > Actualités > INCLUSION ÉCONOMIQUE DES JEUNES ET DES FEMMES PAR...  
 
Actualités
Publié le : 16 Août 2017 à 20:59:47
DR
INCLUSION ÉCONOMIQUE DES JEUNES ET DES FEMMES PAR L’ENTREPRENARIAT INCLUSIF
Abidjan abritera le 03 octobre prochain, le lancement d’une Étude des cas de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Kenya

D’un coût Global estimé à 422 800 000 Francs CFA, (soit 983 255,81 Dollars Canadiens), un projet de recherche sur le thème ‘’Inclusion économique des jeunes et des femmes par l’entreprenariat inclusif : cas de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Kenya’’,  sera lancé le 03 octobre 2017, à Abidjan. Ce projet est financé majoritairement par le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI), et sera géré pour le compte des 3 pays par la Cellule d’Analyse de Politiques Économiques du Cires (CAPEC).

 

Il vise à analyser les déterminants ainsi que la contribution de l’entrepreneuriat inclusif à la création d’emplois, à l’accroissement des revenus et au bien-être des jeunes et des femmes dans les trois (3) pays d’Afrique subsaharienne que sont : la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Kénya. Ces pays, faut-il le noter, ont en commun des économies qui dépendent fortement d’une culture de rente, respectivement le cacao, le thé et le coton/ beurre de karité.

 

Quelles sont les caractéristiques des entreprises qui pratiquent l’inclusive business? Quels sont les déterminants de l’entrepreneuriat inclusif en Afrique subsaharienne? Quels sont les effets de l’entreprenariat inclusif sur les revenus et le bien-être des populations bénéficiaires ? Les entreprises qui pratiquent l’entreprenariat inclusif sont-elles plus performantes que celles qui sont dans un business traditionnel ? Y-a-t-il une différence entre hommes et femmes tant au niveau des déterminants que des effets? Telles sont les questions de recherche auxquelles ce projet vise à répondre.

 

Cette étude, selon le Professeur AHOURE Alban, Directeur p.i de la CAPEC, vient combler un gap au niveau de la littérature économique à travers ses objectifs et également dans le sens où elle s’intéresse aux cas particuliers de trois pays d’Afrique Subsaharienne. Les résultats de l’étude offriront une image de l’ampleur de l’entrepreneuriat inclusif dans les pays concernés. Ils fourniront également des éclairages utiles aux pouvoirs publics pour la mise en œuvre des incitations et des mécanismes d’accompagnement pour généraliser la pratique de l’entrepreneuriat inclusif tout en permettant de maximiser son incidence sur les groupes vulnérables, notamment les femmes et les jeunes. L’étude bénéficiera également aux entreprises du secteur privé qui aimeraient contribuer au bien-être de la communauté tout en assurant la rentabilité de l’entreprise.

 

Il s’agira donc de faire un état des lieux de la pratique de l’entreprenariat inclusif par secteur d’activité dans les pays visés par l’étude, d’analyser les facteurs explicatifs de la pratique de l’entreprenariat inclusif, évaluer les effets de l’entreprenariat inclusif sur le bien-être des populations et faire des recommandations aux stakeholders.

 

La démarche méthodologique comprendra entre autres, une revue documentaire; la collecte et l’exploitation de données primaires et secondaires; l’analyse de statistiques descriptives et  économétriques. Les données primaires seront collectées auprès des entreprises et des communautés locales dans chaque pays de l’étude. La collecte de données se fera sur la base des données du Regional Program for Enterprise Development (RPED) de la Banque Mondiale. Les données secondaires seront issues des enquêtes nationales auprès des entreprises et des rapports des enquêtes entreprises de la Banque Mondiale, ainsi que des statistiques sur les entreprises auprès des Instituts Nationaux de Statistiques.

 

Faut-il le souligner, le CRDI renouvèle ainsi sa confiance à la CAPEC pour les résultats jugés satisfaisants relativement à la première étude sur ‘’La Performance des Entreprises en Afrique subsaharienne francophone’’, qu’elle a financée de 2013 à 2015 et ayant regroupé des équipes de 3 pays : la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Sénégal.

DR
Mayane YAPO, Chargée de la Communication et de la Visibilité de la CAPEC
 
     
  COMPTES-RENDUS DE SEMINAIRE  
 
PLANIFICATION, PROGRAMMATION, BUDGETISATION ET SUIVI-EVALUATION

La mise en œuvre et le suivi du Plan National de Développement (PND) exigent un renforcement du capital humain des différents Ministères Techniques. Le Ministère des Eaux et Forêts (MINEF), l’a si bien compris, qu’il vient d’initier un...Lire

FORMATION / MINISTÈRE D’ÉTAT, MINISTÈRE DU PLAN ET DU DÉVELOPPEMENT

Ce sont en définitive, plus d’une centaine de cadres et gestionnaires de la chaîne PPBSE (Planification, Prospective, Budgétisation, Suivi et Evaluation) du...Lire

EVALUATION DES INDICATEURS DE CAPACITES EN AFRIQUE

Quoique le niveau demeure encore faible, la Côte d’Ivoire a enregistré un accroissement du niveau de renforcement des capacités en 2013. Soit une valeur globale de 33,3/100 contre 24,6/100 en 2012. Elle est...Lire

MOBILISATION DE RESSOURCES DANS LES COLLECTIVITES RÉGIONALES

Ils sont venus de toutes les contrées de la Côte d’Ivoire, du nord au sud en passant par l’est et l’ouest, se familiariser aux stratégies de mobilisation de ressources financières. Ce, afin de palier les difficultés qu’ils rencontrent...Lire

 
     
ZONE INFOS
ACTU-ECO
INTERVIEW
Dr YEO NAHOUA,
Enseignant-chercheur:
«C’est aux promoteurs de faire en sorte que cette monnaie soit autant fiable que les billets de banque»
RECHERCHES
EVENEMENTS
AUTRES PUBLICATIONS
PARTENAIRES
Ministère d'Etat, Ministère de l'Economie & des Finances de Côte d'Ivoire Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES) Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody