preloader

Search Here

Actualités

IMG_6626.JPG

DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL : La Côte d’Ivoire s’imprègne de l’expérience nippone

  • Publié le 06 Mars, 2020


«Stratégie de développement industriel en Côte d’Ivoire: ‘’Kaizen’’ comme première étape». Tel est le thème de la conférence internationale organisée par la CAPEC, sous l’égide de l’Université Félix Houphouet Boigny de Cocody et de l’Ambassade du Japon en Côte d’Ivoire.

Cette conférence a été prononcée le 03 mars 2020, à la Bibliothèque de l’UFRSEG de l’UFHB, par Prof Keijiro OTSUKA, Expert en Economie du Développement industriel, venu du Japon. SEM. KURAMITSU Hideaki, Ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire présent à la cérémonie d’ouverture, a salué cette excellente occasion qui permet de partager les acquis du Japon en matière de développement industriel et d’envisager des perspectives de politiques de développement industriel en CI.

Après avoir remercié le Japon pour l’excellente coopération en matière d’enseignement et de recherche, Prof. Abou KARAMOKO, Président de l’UFHB de Cocody s’est interrogé sur les stratégies à entreprendre en vue d’accélérer le processus d’industrialisation en cours en Côte d’Ivoire. Et, sur le rôle que pourrait jouer le Kaizen, méthode de gestion de la qualité, dans le processus d’industrialisation de la Côte d’Ivoire ou de développement des clusters industriels.
En guise de réponse, le conférencier a dans son exposé, recommandé en substance à la Côte d’Ivoire de s’appuyer sur les clusters d’entreprises industrielles pour réussir son industrialisation. Le Prof. Otsuka a en outre suggéré la mise en place d’un Institut Kaïzen qui facilitera les échanges entre experts ivoiriens et leurs homologues Japonais. Il a, par ailleurs, invité le secteur privé ivoirien et la société civile à apprendre du modèle étranger.
Ces propositions tiennent d’un constat qu’il a fait : « En Côte d’Ivoire, les entreprises détenues par les nationaux ne sont pas assez présentes dans les zones industrielles parce qu’elles n’en ont pas les moyens. Je recommande donc qu’une zone industrielle soit mise en place par les Autorités pour les champions nationaux. Dans ce sens, je suis convaincu à 100% que si les hauts responsables du pays soutiennent la méthode Kaïzen, l’industrialisation connaîtra une accélération ».


Le cluster industriel, a-t-il indiqué, est une concentration géographique des entreprises produisant des produits similaires et étroitement liés dans une zone relativement petite. Selon lui, le clustering est la clé d'un développement industriel réussi grâce aux économies d'agglomération engendrées. Notamment les retombées d'information, la spécialisation et la répartition du travail entre les entreprises (faibles coûts de transaction en raison de la proximité des partenaires), le développement de marchés du travail qualifiés et la disponibilité de ressources humaines utiles pour des innovations ou de nouvelles combinaisons.


Poursuivant, il a noté l’existence d’un grand nombre de grappes industrielles informelles constituées de PME en Afrique subsaharienne, qui sont négligées par les chercheurs et les fonctionnaires. C’est pourquoi, a-t-il rappelé : « Toutes les entreprises japonaises géantes ont commencé comme des entreprises familiales ». Il propose donc de soutenir le développement de tels clusters industriels qui, selon lui, ont le potentiel de croître et de devenir des secteurs formels, à en juger par l'expérience de l'Asie de l'Est. Comme bon exemple, il a cité le cluster de traitement des métaux de Koumassi, qui est extrêmement prometteur. Pour lui, si le gouvernement fournit de la formation et de « l’espace », les PME y croîtront considérablement.


Prof. OTSUKA a souligné en outre que le Kaizen qui provient de Kaï (changement) et Zen(meilleur), philosophie de gestion conviviale et doublé d’un savoir-faire est une première étape nécessaire à l’industrialisation en Côte d’Ivoire. Car il est conçu pour faciliter la communication et la coordination entre les gestionnaires et les travailleurs en adoptant une approche ascendante. « Les entreprises qui pratiquent le Kaizen peuvent attirer des entreprises étrangères. Et son adoption ne nécessite aucun financement ni investissement supplémentaire. Le développement d'idées utiles par les travailleurs dans les ateliers est encouragé et elles sont utilisées par la direction. Il n’y a pas de grandes innovations mais une série de ‘’petites améliorations’’ apportées par l'action collective des travailleurs et des gestionnaires, qui devraient contribuer à la transformation du ‘’cluster de survie’’ en ‘’cluster dynamique’’ », a conclu le conférencier.

Satisfait de l’organisation de cette conférence, le Directeur de la CAPEC, Prof. AHOURE Alban s’est engagé à produire à l’issue des échanges un « Policy Brief » qui pourra être distribué aux décideurs à différents niveaux pour appuyer les orientations de politiques en matière d’industrialisation.  
Il faut noter qu’après l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, Prof. Keijiro OTSUKA a animé le mercredi 04 mars 2020, au Plateau, une deuxième conférence sur la Stratégie de transformation de l’économie du riz en Côte d’Ivoire.

Mayane YAPO, Chargée de la Communication et de la Visibilité de la CAPEC

Ils nous ont fait confiance
client-logo client-logo client-logo client-logo client-logo client-logo