preloader

Search Here

INTERVIEW

interview_prof_mama2_14072011.gif
Le Prof. Mama Ouattara
Directeur du CIRES

«On ne devient pas Professeur titulaire que par son seul travail personnel».

  • Publié le 05 Juin, 2020

Prof. Mama Ouattara: «On ne devient pas Professeur titulaire que par son seul travail personnel».

 

Que représente pour vous cette titularisation ?

 

C’est le couronnement de la carrière universitaire et donc de tous les efforts fournis pour l’enrichissement de celle-ci. Tout universitaire doit avoir pour objectif de finir sa carrière au grade de Professeur titulaire, parce qu’ainsi, il prouve la cohérence entre le choix de sa carrière et ses capacités. J’éprouve donc, naturellement, une fierté à appartenir à ce grade surtout que l’évaluation se fait par des enseignants issus de plusieurs pays. C’est une réelle satisfaction morale et intellectuelle pour moi de savoir qu’il existe une compatibilité entre mon choix et mes capacités. Au-delà, il faut souligner que cela dénote du dynamisme de la Recherche en Côte d’Ivoire, malgré le problème du manque de financement de la Recherche qui constitue un frein à son essor.

 

Pourquoi avoir attendu si longtemps (puisque vous êtes agrégé depuis 1991), pour accéder au grade de Professeur titulaire ?

 

Vous savez, ce n’est pas aussi facile qu’on puisse l’imaginer. D’abord, il faut pouvoir prendre conscience des obstacles que l’on peut rencontrer dans la quête de cette titularisation et ensuite afficher la volonté de les franchir en se donnant les moyens. Ensuite, il y a le fait que, lorsque que vous choisissez un sujet de recherche, c’est comme un mariage que vous venez de contracter. Il faut l’entretenir et s’y consacrer entièrement. Or, on se laisse souvent aller à l’envie de vouloir profiter du temps parce que l’urgence de passer ce cap n’apparaît pas systématiquement. Pourtant, le candidat à la titularisation doit faire plus que le Maître de Conférences agrégé et montrer ses aptitudes à traiter différents sujets en Economie. Notez que si l’agrégation s’obtient beaucoup plus par le travail individuel, la titularisation, elle, ne peut s’obtenir que par le travail collectif. Les résultats dépendant de ceux que vous encadrez (puisqu’il vous est imposé la formation de thésards) et de vos encadreurs à vous. A ce niveau, je voudrais traduire toute ma gratitude à mes encadreurs, notamment, le Professeur Aké G. M. N’GBO qui m’a beaucoup aidé.

 

Vous étiez à votre deuxième tentative après une première expérience malheureuse en 2005.

 

Effectivement, j’ai essayé en 2005 et ça n’a pas marché. Je n’ai pas pour autant baissé les bras. J’ai cherché à comprendre ce qui n’a pas marché et je me suis mis au travail. Je profite donc pour dire aux jeunes qu’ils doivent comprendre que lorsqu’un candidat échoue, ce n’est pas parce que ses encadreurs sont contre lui, mais bien parce qu’il ne remplit pas l’une des conditions exigées. Plutôt que de chercher des arguments pour se dédouaner, le candidat gagnerait à faire preuve d’humilité et de persévérance.

Propos recueillis par Mayane Yapo Chargée de Communication et de la Visibilité de la CAPEC

Ils nous ont fait confiance
client-logo client-logo client-logo client-logo client-logo client-logo